mercredi 29 juin 2011

Dissonances, Revue pluridisciplinaire à but non objectif.

Tout sur ta mère ! 
Éric Bonnargent

Photographie de Milady Renoir
Parmi les très bonnes revues de littérature française, il y a certes Le Visage vert dont il a été question il y a quelques semaines (ici), mais, dans un tout autre genre, il y a aussi la revue Dissonances. Cette « revue pluridisciplinaire à but non objectif » est semestrielle, elle invite des auteurs à écrire sur un thème donné. Celui de ce vingtième numéro est « Maman ». L’une des originalités de cette revue est d’inviter les écrivains à envoyer leur contribution de façon anonyme, ce qui permet à de jeunes auteurs talentueux de publier aux côtés d’écrivains renommés, comme ÉricPessan ou Lionel-Édouard Martin, bien connus des lecteurs de l’Anagnoste.
Le comité de lecture a effectué un travail remarquable car avec un thème tel que celui-ci, on pouvait s’attendre au pire, notamment à une mièvrerie sans borne. Entre crudité et poésie, les auteurs sélectionnés nous tracent le portrait protéiforme d’une mère dans tous ses états. S’il est impossible de recenser tous les textes, je mentionnerais malgré tout « Mammifère » d’Alban Lécuyer qui explore la solitude et l’ennui d’une mère délaissée dans une soirée mondaine, les « Billets doux » d’un fils emprisonné pour la mort de son beau-père à sa mère imaginés par Dominique Pascaud, la poétique « Écho(-graphie) » signée Catherine Ysmal, « Victor Newman » de Dorothée Jumeau qui met en scène une mère ténardiesque, raciste, violente et haineuse, le drolatique « Depuis des générations » des Amants gluants et la belle et sombre « Troisième visite » de Sophie Adriansen. Je ne dis rien de « L’accord » d’Éric Pessan dont le talent trouve ici une nouvelle expression, ni de « Dolentem cum filio » de Lionel-Édouard Martin, extrait d’un ouvrage à paraître aux éditions du Vampire actif, Brueghel en mes domaines, que les lecteurs de la revue attendront désormais avec impatience.
Ces textes créatifs sont suivis d’un entretien avec Mathieu Riboulet, de critiques de livres, dont certaines consacrées au Madman Bovary de Claro. Enfin, chacun des écrivains ayant participé à ce numéro recommande un livre, un film et un disque aux lecteurs curieux de découvrir leur univers.
Pour 3 € seulement, ce numéro de la revue Dissonances, magnifiquement illustré par Milady Renoir, une jeune photographe belge, devrait ravir tous les amateurs de littérature française contemporaine.

Pour savoir où trouver cette revue, suivez ce lien : Dissonances.




Dissonances, n° 20, été 2011. 3 €

Aucun commentaire:

Publier un commentaire